RECHERCHE  
 

AFTAM DE GRAND CORMIER, LA GALERE DES RESIDENTS

La nuit du dimanche 15 août, aux environs de 20h, des résidents de l'Aftam de Grand Cormier ont été plongés dans l'obscurité pendant 48 heures. En effet, les chambres 136, 137 et 138 ont eu leur disjoncteur commun sauté. Dans l'impossibilité d'accéder au local technique, celui-ci et tous les autres étant cadenacés, ils font appel au veilleur de nuit pour les aider à sortir de cette galère qui croient-ils, à juste titre, éphémère. Celui-ci leur fait savoir sa déception de ne pas avoir la clé du local technique. Il faut noter que le passe, la clef du local technique et autres clés d'urgence sont jalousement gardés par le Chef de service et par lui seul. A son absence, bonjour les dégâts ! Paraît-il qu'il les garde même chez lui. Une fois, ayant amené une nuit, le passe avec lui, devant l'impossibilité du veilleur d'ouvrir la chambre 25, il a fallu l'intervention des Sapeurs-Pompiers qui n'ont eu d'autres recours que de casser la porte pour sauver mon fils de 6 ans, au moment des faits. Le double des clés m'ayant été refusé contrairement à certaines personnes. Mais revenons à la récente galère du dimanche passé. Le Chef de service avait simplement emporté avec lui toutes ces clés d'urgence, dans ses vacances. Les résidents ont dû attendre 48 heures afin que la clé du local technique reviennent sur le site, qu'on y accède et qu'on appuie simplement sur un bouton pour faire revenir l'électricité. Ces résidents ont été obligés de jeter tout le contenu de leur frigo. Par ces temps de vaches maigres, cela fait beaucoup de privations. Il est à noter que les agissements du Chef de service sont sus par son Directeur car plusieurs fois interpellé. Nous y reviendrons très prochainement.

GNADOU Dano Zady

Journal - N° 2